Estimation scientifique des quotas français de capture de civelles pour la saison 2018-2019

La prédiction des recrutements est un exercice délicat. Sur la saison 2015-2016 par exemple, les quotas ont été décidés à partir du modèle “optimiste” mais le recrutement réel a été inférieur aux prédictions. Les captures réelles ont été bien inférieures au quota (la demande du marché de civelles étant insuffisante pour les captures espérées), mais conduisent tout de même à un taux d’exploitation légèrement supérieur à la cible de gestion.

Le quota de pêche de la civelle est déterminé par le ministre chargé des pêches maritimes et le ministre chargé de la pêche en eau douce, au regard :

  • de l’avis d’un comité scientifique qui établit ses préconisations au regard de l’état du stock d’anguilles et des objectifs prévus par le plan de gestion de l’anguille,
  • de l’avis d’un comité socio-économique auquel participent les pêcheurs professionnels et qui se prononce sur les conséquences sociales et économiques des mesures de gestion envisagées.

L’avis du comité socio-économique

Le rapport du comité socio-économique est un document public destiné aux services de l’administration pour éclairer leur choix sur le quota de civelles. Le comité composé d’experts de l’IFREMER, l’INRA, le MHNH, l’AFB et l’IRSTEA répond à la demande des Ministères de la Transition Ecologique et de l’Agriculture et de la Pêche en estimant :

  • la réduction du taux d’exploitation obtenue à la saison de pêche précédente
  • la quantité de civelles susceptible d’être prélevée dans le milieu naturel en fonction de la probabilité (25%, 50% ou 75%) d’atteindre l’objectif de réduction des captures de 60% pour la saison à venir.


Prédiction du recrutement de civelles 2018-2019

Le recrutement en civelles pour la saison à venir est estimé à partir de la série temporelle des recrutements passés à l’échelle de l’Europe et de deux hypothèses :

  • La tendance exponentielle décroissante observée depuis 1980 se poursuit (“une tendance”)

ou :

  • La tendance décroissante s’est interrompue en 2012 par un changement de régime, considérant que l’effet des mesures de gestion initiées par les plans de gestion ne pouvaient pas se faire sentir avant 2012 (“deux tendances”)

Rétrospectivement pour l’année 2017-2018 le recrutement européen est estimé à 6,8% par rapport à la référence 1979-1980, soit dans la fourchette haute (75%) des prédictions du modèle “conservateur” et la marge basse (25%) des prédictions du modèle “optimiste”. Le conseil scientifique ne considère pas à l’heure actuelle un modèle supérieur à l’autre pour la prédiction des recrutements de civelles 2018-2019.

Compte-tenu de la grande variabilité inter-annuelle du recrutement, les prédictions de ces modèles sont très larges : Pour la saison 2018-2019, le recrutement européen est prédit entre 1,5% et 12,6%  pour le modèle “conservateur”. Pour le modèle “optimiste” la fourchette de prédictions s’étend entre 3,5% et 28,9% (par rapport à la référence 1979-1980).

Estimation du taux d’exploitation de la pêcherie

Le taux d’exploitation annuel est exprimé en indice car le recrutement réel de civelles n’est pas connu (il est estimé à environ 20% sur la période 1980-2011).

Le taux d’exploitation varie en fonction de l’effort de pêche mais aussi des conditions économiques et environnementales. Après une diminution enregistrée depuis la mise en place des quotas en 2009-2010, le taux d’exploitation a dépassé la cible de gestion en 2015-2016 et 2016-2017. Si les quotas fixés depuis 2016 avaient été consommés intégralement, ils auraient systématiquement dépassé la cible de gestion.

Évolution de l’indice du taux d’exploitation entre 1980 et 2017 (en base 100 sur la période entre les
saisons 2003-2004 et 2007-2008 ; en bleu les valeurs de la période de référence), cibles de gestion (en
rouge) et quotas (en vert) retranscrits en taux d’exploitation. Source : CS 2018


Estimation du quota national 2018-2019

Les quotas sont proposés comme une fourchette entre deux valeurs, en fonction de la prise en compte de la réduction du nombre de pêcheurs dans la diminution du taux d’exploitation, selon deux hypothèses :

  1. Soit la diminution de du nombre de pêcheurs de civelles (55% entre 2006-2008 et 2017-2018) correspond à une diminution identique du taux d’exploitation (dans ce cas l’objectif de gestion peut être atteint sans quotas, si le recrutement est favorable),
  2. soit elle n’a pas d’impact sur le taux d’exploitation car généralement les plans de sortie de flotte concernent les pêcheurs qui ont les captures les plus faibles, et les civelles sont capturées dans des situations d’accumulation (où l’efficacité de la pêche est maximale).

Pour le modèle “conservateur” de prédiction du recrutement (1 tendance) et avec une probabilité de 75% d’atteindre l’objectif de gestion (60% de réduction du taux d’exploitation), le quota total de capture devrait être fixé entre (1.) 19,5t et (2.) 26,2 t.

Pour le modèle “optimiste” (2 tendances) et pour une probabilité de 75% d’atteinte de l’objectif de gestion, le quota devrait être fixé entre (1.) 37,0 t et (2.) 50,3 t.

[themify_box]

Le quota proposé pour l’année 2018-2019 correspond à une probabilité inférieure à 50% d’atteindre l’objectif de gestion.

[/themify_box]

En savoir plus

Commenter

  • (will not be published)