Lamproie marine : publication du rapport sur les pêches ammocètes et d’une plaquette

La lamproie marine, espèce migratrice qui grandit en mer et se reproduit en eau douce à l’instar du saumon atlantique, est historiquement présente sur le bassin de la Loire. Au XIXème siècle, elle se reproduisait sur de nombreux affluents et sous-affluents du fleuve. Aujourd’hui, l’édification de grands barrages a malheureusement réduit considérablement l’accès à ses zones de reproduction.

Néanmoins, le bassin de la Loire accueille toujours une des plus importantes populations européennes, notamment sur le bassin de la Vienne recolonisé suite à l’arasement du barrage de Maisons Rouges en 1998.

Malgré des effectifs encore importants, les pressions exercées sur l’espèce sont grandes et sa gestion nécessite une meilleure connaissance de tous les stades de sa vie en eau douce. En particulier, la phase juvénile reste méconnue sur le bassin alors que celle-ci est essentielle car elle conditionne les futurs retours de géniteurs. C’est la raison pour laquelle nous avons débuté, dans le cadre des programmes soutenus par la Fondation LISEA Biodiversité, un programme d’étude des juvéniles de la lamproie marine sur le bassin de la Vienne. Réalisé sur les années 2014 à 2016, il comprenait la mise en place d’échantillonnages annuels par pêches électriques. Ce protocole étant amené à être poursuivi dans le cadre des opérations inscrites au plan Loire grandeur nature.

Le rapport consacré aux deux années de résultats est désormais disponible :
http://www.logrami.fr/telechargement/nos-publications/rapports/Rapport-ammocetes-LISEA_2014_2015_FINAL.pdf
COUV_Rapport-ammocètes-LISEA_2014_2015_FINAL

Ce programme comprend également un volet sensibilisation concernant la connaissance de l’espèce et de sa phase juvénile. En effet, les juvéniles, aussi appelés ammocètes, vivent entre 3 à 5 ans enfouis dans les sédiments des cours d’eau. Invisibles mais sensibles à de nombreux facteurs de perturbations, ils peuvent être fragilisés par la méconnaissance de leurs habitats et les agressions qu’ils subissent.

Comme mieux connaître, c’est aussi mieux protéger, LOGRAMI vient de réaliser une plaquette décrivant la lamproie marine et ses habitats à destination des techniciens du bassin de la Loire. Ce document a deux objectifs :

faciliter la prise en compte de la lamproie marine dans la gestion des cours d’eau,
– permettre aux différents observateurs de terrain de mieux identifier l’espèce et ses habitats et faciliter ainsi un maximum de retour d’informations.

Cette plaquette présente la lamproie marine adulte et ses habitats de reproduction d’une part et les juvéniles et leurs habitats de grossissement d’autre part. Enfin, une partie est spécifiquement dédiée au retour d’informations avec la mise en ligne d’un formulaire d’observations sur les poissons migrateurs accessible via un lien internet ou directement via un flashcode.

Alors n’hésitez pas à nous faire retour de vos observations et bonne lecture à tous !

Nous remercions la Fondation LISEA Biodiversité pour son soutien financier, l’Association MIGADO pour son soutien technique à l’opération de suivi par pêches électriques des juvéniles de lamproie marine ainsi que l’ensemble des chargé(e)s d’études et technicien(ne)s qui nous ont déjà fait part de leurs observations de lamproie marine en 2015.